dernière mise à jour :
mardi 25 novembre à 00h25
mercredi 17 septembre
favicon www.liberation.fr Soyez galant, ça rend les femmes bêtes, par Agnès Giard (Les 400 culs 17/09)
Les adep­tes de la galan­te­rie affir­ment qu’il s’agit d’une simple marque de poli­tesse, un « acte de cour­toi­sie dans un monde de brute ». Ils affir­ment également que cela n’a rien d’un calcul : la galan­te­rie est un acte gra­tuit, disent-ils, des­tiné à sim­ple­ment rendre les rela­tions entre humains plus agréa­bles. Si c’était vrai, la galan­te­rie ne serait en rien dif­fé­rente du simple savoir-vivre. Quand une femme tient la porte à un inconnu ou aide un vieil homme à mettre son man­teau, dit-on qu’elle est galante ? Quand une femme offre un bou­quet de fleur à son com­pa­gnon ? Quand une autre paye le res­tau­rant à son com­pa­gnon ? Non. On ne dit pas qu’elle est galante mais atten­tion­née, gen­tille ou cour­toise. L’adjec­tif "galant" ne s’appli­que qu’aux hommes. Quand il s’appli­que aux femmes, il change de sens. Ce qui montre bien que la galan­te­rie n’est pas qu’une simple ques­tion de poli­tesse. De quoi s’agit-il alors ?
Source : Les 400 culs
Thème(s) : sexisme, domination, société